Etude sectorielle de l’arboriculture fruitière et de la viticulture en Algérie .

décembre 22, 2014 Aucun commentaire »
Etude sectorielle de l’arboriculture fruitière et de la viticulture en Algérie  .

 

« Cette étude est reprise à titre d’information pour les personnes qui s’intéressent au développement agricole et particulièrement pour  l’arboriculture fruitière et de la Vigne.

L’utilisation de cette étude nécessite une actualisation des données et des recommandations. »

Ainsi, l’étude sera diffusée en trois parties à savoir ;

I- Présentation.

II-Filière viticulture.

III-Filière Arboriculture Fruitière.

                                                                       Hadj Sahraoui Kamel

 

Dans le cadre du Projet de coopération algéro-allemande (ITAF- GTZ), intitulé « Promotion de la production de plants arboricoles et viticoles certifiables  en Algerie » une étude sur le secteur de l’arboriculture fruitière et la viticulture a été initiée et réalisée en 2 phases, la filière viticole (déc  2002) et les filières de l’arboriculture fruitières (déc 2003).

 

L’étude vise à analyser les principales filières, de production viticole et arboricole et à dégager une stratégie de développement à court et moyen terme. L’étude réalisée sur la base de la méthode filière est organisée pour chaque espèce étudiée

en 7 axes principaux :

Axe 1 La politique sectorielle

Axe 2 La production de plants

Axe 3 La production de fruits

Axe 4 La transformation

Axe 5 La commercialisation

Axe 6 Le marché international

Axe 7 Synthèse et recommandations

L’étude de filière viticole, finalisée en Dec 2002, a été présentée aux journées techniques sur la viticulture organisées par l’ITAF et la GTZ, en Oct 2003 à Ain Témouchent.

La filière de l’arboriculture fruitière finalisée en déc 2003, fera l’objet d’une prochaine présentation.

Il est proposé un résumé de l’étude sectorielle, l’étude sous sa forme intégrale est disponible au niveau de l’ITAF et de la GTZ .

 

PHASE 1 : la filière viticole

Compte tenu des Termes de Références définies, l’étude n’est pas conçue comme une étude statistique exhaustive, mais une identification des différentes contraintes et une élaboration des propositions pour lever ces contraintes. La démarche retenue est la suivante :

- collecte des données d’informations disponibles (statistiques, rapports etc.)

- évaluation de ces informations en fonction de l’objectif du travail

- prise de contact avec la profession

- élaboration de propositions.

Le présent document est la synthèse des résultats de l’étude qui comprend un aperçu de la politique viticole, un diagnostic de la filière et des recommandations pour chaque axe de travail. Cette synthèse constitue un résumé des principaux résultats des rapports partiels qui traitent les thèmes spécifiques. Il va de soi que la synthèse ne peut traiter que les points essentiels. Les détails par axe sont consignés

dans l’étude.

 PHASE 2 Les filières de l’arboriculture fruitière

Elle a concerné 6 espèces importantes au niveau de la superficie occupée et de leur intérêt stratégique pour le développement local et régional.

L’évolution des superficies arboricole depuis prés de 4 décennies montre que le verger national a connu une augmentation de près de 40 % en 3 années avec la mise en oeuvre du PNDA. Il convient cependant de retenir que les résultats obtenus doivent être consolidés et que des enseignements doivent être tirés pour une meilleure efficacité des mesures de soutien de l’Etat. Le PNDA, prévu pour un délai de 4 années entre actuellement dans sa dernière année, il est prévu la poursuite du

Programme de soutien sous une forme plus ciblée.

La subvention de l’Etat au secteur agricole représente actuellement moins de 10 % du PNB, ce qui est conforme aux engagements pris par notre pays au niveau international, et autorise même, une augmentation de la subvention en fonction des disponibilités financières du pays et de la capacité d’absorption du secteur.

Le montant du soutien peut être modulé en fonction de la nature des actions soutenues. Il peut atteindre 70 % du montant total du projet s’il concerne la préservation des ressources naturelles et le développement durable, ce qui est le cas des zones de montagne.

Sur la base de ces données il est prévu de réorienter la politique sectorielle notamment dans le secteur de la production fruitière pour améliorer la qualité de la production, en vue d’une meilleure compétitivité en vue de l’exportation.

 

 

Articles liés

Les commentaires sont fermés.